Chronique Beer 101 : DRY STOUT

  • Particularités

  • Brasseries

  • Malts

  • Houblons

  • Accords mets

  • Types de bière

  • Verres

  • Saveurs

  • Arômes

  • Apparence

  • Levures

  • Ingrédients

  • Réinitialiser

Chronique Beer 101 : DRY STOUT

Aujourd’hui je vous parle d’un type bien particulier de stout qui ont une place de choix dans mon cœur : les dry stouts. Dry stout est un sous-style de la famille des stouts. C’est donc sans grande surprise qu’on peut y associer les saveurs dominantes de grain grillé, voir brûlé, et de café. Cependant, les dry stouts sont généralement beaucoup plus digestes et plus « faciles à boire » que les stouts plus classiques en raison du taux d’alcool plus bas (entre 3.5 et 5% d’alcool). L’impact de l’alcool est moins ressenti et on goûte beaucoup plus la céréale (moins de « booziness »). C’est ce qui explique les notes dominantes de café que je mentionnais précédemment. Celles-ci viennent du malt grillé/torréfié. Elle est aussi connu sous le nom de « Irish stout ». La distinction avec les stouts plus costaudes (stout américaine, stout impériale, milk stout, sweet stout, etc.) a débuté au 20e siècle lorsque le standard des stouts moins sucrées (sans lactose, ni avoine) commençait à s’établir en Irlande. De là provient l’appellation « Irish Dry Stout ». L’exemple le plus connu de dry stout est définitivement la Guinness. Je vous recommande toutefois d’essayer cette version québécoise: Ham Nouere de La Grange Pardue, un excellent dry stout!

Et mention spéciale au Dry Stout de Beauregard. Cette brasserie a déjà cimenté sa réputation d’excellent producteur de bières noire, mais pour moi leur Dry Stout est
emblématique du style!

Cheers!

 

Émile Doyon – Blogueur

émile doyon

Par |2021-08-16T14:51:33+00:0012 août 2021|Catégories : Chronique Beer 101|0 Commentaire

À propos de ce collaborateur :

Emile Doyon
Le début du parcours d’Émile au sein de l'industrie brassicole remonte à 2016, alors qu’il commençait à travailler chez le détaillant de bières spécialisées bien connu à Montréal : Le Bièrologue. À travers son parcours professionnel, Émile s’implique dans plusieurs événements du milieu et continue de faire des rencontres enrichissantes lui permettant de toujours en savoir plus sur la bière et le vin artisanal au Québec. Côtoyer des gens actif de l’industrie a d’ailleurs contribué massivement à son apprentissage. Après 4 années de travail en tant que conseiller spécialisé, accompagné d’une avide curiosité envers le milieu, c’est avec enthousiasme qu’il nous partagera sa passion à travers l’écriture en traitant de divers sujets tendances qui modules sans cesse la face de l’industrie brassicole.

Laissez votre commentaire